pano st maclou

40000 personnes visitent l’aître Saint-Maclou chaque année, ce qui en fait l’un des monuments les plus visités de Rouen, rien que ça !

Bon, avant de le visiter, on peut se demander : un aître, qu’est-ce donc?
Aître vient du latin atrium qui était une cour intérieure, une salle d’entrée. Un aître renvoie également au lexique de l’Eglise puisqu’il se définit comme le terrain libre qui entoure une église, un lieu où doit s’exercer la « Paix de Dieu » ou le parvis de certaines églises. Voilà, voilà, on est dans l’univers monastique !

Et on part sur un petit cours d’histoire ! Comme son nom et sa position peuvent l’indiquer, l’aître Saint-Maclou est en lien avec l’église Saint-Maclou. Il est devenu l’agrandissement du cimetière lorsque la Peste Noire a fait des ravages à Rouen en 1348.
L’aître Saint-Maclou est l’un des rares ossuaires de ce type restants en Europe. C’est pourquoi vous pourrez distinguer des ossements parmi les murs. Certaines galeries font donc froid dans le dos avec leurs crânes et outils de fossoyeur. On notera même, dans une vitrine, près de la porte d’entrée, la présence d’un squelette de chat (probablement un chat noir) pour faire fuir le mauvais sort. Comme ça, vous visualisez un peu plus l’ambiance!

Aitre_Saint-Maclou-1-326be

Si on ne vous le décrit que comme ça, il ne donne pas très envie! Toutefois, on ne peut pas parler que de ce passé sombre.
En effet, l’aître a fait office d’école de charité à partir du XVIIe siècle. Près de 800 enfants seront scolarisés dans l’aître au cours du XVIIème siècle. L’aître accueillera également un pensionnat de jeunes filles au XXe siècle. Depuis 1927, l’aître appartient à Rouen qui a tout d’abord projeté d’y installer le musée de l’art normand mais qui y a finalement installé l’école des Beaux-Arts de 1940 à 2014. D’ici 2019, ce joyau de Rouen fera l’objet de restaurations.

Petit conseil : allez vous y promener le dimanche, il n’y a rien de plus agréable après une semaine agitée. Quand on entre dans ce bâtiment qui est un peu à l’écart de la rue de Martainville, on fait un voyage dans le passé, dans un autre monde. Si l’on passe par Rouen, c’est l’un des indispensables à voir!